nuance

Imbruvica®▼ (ibrutinib) Des données à long terme issues de deux études pivotales de phase 3 menées à l'ASCO et à l'EHA démontrent une efficacité et une innocuité durables chez des patients atteints de leucémie lymphoïde chronique (LLC)

Le deuxième ensemble de données - résultats de l'étude RESONATETM-2 (PCYC-1115/1116) à un suivi médian de cinq ans (intervalle de 0,1 à 66 mois) - a démontré une DSSP durable avec l'ibrutinib en monothérapie (estimation de 70 %) comparativement au chlorambucil (estimation de 12 %) chez des patients présentant une LLC non traitée auparavant, incluant ceux présentant une maladie à risque élevé définie sur le plan génomique.2L'amélioration de la SG a également été soutenue chez les patients traités par l'ibrutinib (estimation de 83 %) par rapport au chlorambucil (estimation de 68 %). En outre, aucun nouveau problème d'innocuité n'a été observé.2 Les données de l'étude RESONATETM-2 seront présentées dans leur intégralité au cours d'une présentation orale lors du 24ème Congrès de l'Association européenne d'hématologie (EHA) à Amsterdam le vendredi 14 juin (résumé #S107).2

  • Après un suivi pouvant aller jusqu'à six ans, les résultats de l'étude RESONATETM ont montré que les patients atteints de LLC ayant déjà reçu de l'ibrutinib en monothérapie présentaient des avantages soutenus sur le plan de la survie sans progression et de la survie globale par rapport aux patients traités par l'ofatumumumab1
  • Les données de suivi à cinq ans de l'étude RESONATETM-2 ont montré un effet bénéfique durable sur la survie sans progression de la maladie chez les patients atteints de LLC non traitée antérieurement et recevant l'ibrutinib en monothérapie par rapport au chlorambucil, avec un taux de survie global estimé à 83 % chez les patients traités par l'ibrutinib2
  • Ces résultats s'ajoutent au corpus robuste de données à l'appui de l'ibrutinib, l'inhibiteur de la tyrosine kinase de Bruton (BTK) le plus largement étudié pour la LLC et avec lequel plus de 140 000 patients ont été traités dans le monde

Les Compagnies pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson ont annoncé aujourd'hui les résultats du suivi à long terme de deux études pivotales de phase 3 portant sur l'Imbruvica® (ibrutinib) chez les patients atteints de leucémie lymphocytaire chronique (LLC), un type de lymphome non hodgkinien et la forme la plus courante de leucémie chez les adultes.3 Un ensemble de données - résultats de l'étude RESONATETM (PCYC-1112) à un suivi médian de 65,3 mois (intervalle de 0,3-71,6) - a montré que le traitement par l'ibrutinib en monothérapie a été plus bénéfique pour la survie sans progression que l'ofatumumab chez les patients ayant déjà été traités par une LLC, la durée moyenne des symptômes étant de 44,1 mois contre 8,1 mois, respectivement.1 Un avantage constant de la DSSP par rapport à l'ibrutinib a été observé pour toutes les caractéristiques de base de la maladie et des patients, y compris les patients présentant une maladie à risque élevé définie sur le plan génomique.1 La survie globale médiane (SG) était de 67,7 mois dans le groupe ibrutinib et de 65,1 mois dans le groupe ofatumumab, sans censure ni ajustement pour le passage de l'ofatumumab à l'ibrutinib.1 De plus, aucun nouvel événement lié à l'innocuité n'a été décelé dans le cadre de ce suivi à long terme.1 Les résultats de RESONATETM ont été présentés aujourd'hui lors du 55ème Congrès annuel de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) à Chicago, et sélectionnés parmi les meilleures présentation de l'ASCO 2019 qui mettent l'accent sur la science de pointe et reflètent la recherche de pointe en oncologie (résumé #7510).

Le deuxième ensemble de données - résultats de l'étude RESONATETM-2 (PCYC-1115/1116) à un suivi médian de cinq ans (intervalle de 0,1 à 66 mois) - a démontré une DSSP durable avec l'ibrutinib en monothérapie (estimation de 70 %) comparativement au chlorambucil (estimation de 12 %) chez des patients présentant une LLC non traitée auparavant, incluant ceux présentant une maladie à risque élevé définie sur le plan génomique.2L'amélioration de la SG a également été soutenue chez les patients traités par l'ibrutinib (estimation de 83 %) par rapport au chlorambucil (estimation de 68 %). En outre, aucun nouveau problème d'innocuité n'a été observé.2 Les données de l'étude RESONATETM-2 seront présentées dans leur intégralité au cours d'une présentation orale lors du 24ème Congrès de l'Association européenne d'hématologie (EHA) à Amsterdam le vendredi 14 juin (résumé #S107).2

« Depuis sa première approbation européenne en 2014, l'ibrutinib a redéfini les paradigmes de traitement de la LLC, et les résultats de cette étude offrent aux cliniciens et aux patients des preuves supplémentaires des avantages à long terme et de la tolérabilité de l'ibrutinib en monothérapie », a déclaré Peter Hillmen, MB ChB, PhD, professeur en hématologie expérimentale et hématologue consultant honoraire au Leeds Teaching Hospitals NHS Trust, Royaume-Uni et chercheur pour les deux études. « Non seulement le suivi de l'ibrutinib permet de maintenir un taux de survie sans progression et un taux de survie globale supérieurs, mais la qualité des taux de réponse s'améliore souvent au fil du temps, passant d'un taux partiel à un taux complet. »

« L'ibritinib a déjà touché plus de 140 000 patients, et les études de suivi à long terme RESONATE et RESONATE-2 fournissent des données importantes à l'appui de son utilisation continue dans le traitement efficace de la LLC », a déclaré le Dr Patrick Laroche, responsable du domaine thérapeutique hématologie en Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA), Janssen-Cilag France. « Nous sommes enthousiastes à l'idée d'explorer la meilleure façon dont cet inhibiteur de la BTK peut continuer à améliorer la vie des personnes atteintes de LLC, à la fois en monothérapie et dans le cadre de nouveaux traitements combinés, et comme une alternative à la chimiothérapie intensive. »

Ibrutinib, un inhibiteur de la tyrosine kinase de Bruton (BTK), est développé et commercialisé conjointement par Janssen Biotech, Inc. et Pharmacyclics LLC, une société d'AbbVie.

ASCO: RESONATETM, un suivi de six ans de l'ibrutinib en monothérapie chez les patients atteints de LLC (Résumé #7510)1

L'étude RESONATETM (PCYC-1112) a évalué des patients atteints de LLC déjà traités qui ont été randomisés pour recevoir 420 mg d'ibrutinib par voie orale une fois par jour jusqu'à ce que la maladie progresse ou de l'ofatumumumab par voie intraveineuse jusqu'à 24 semaines (n = 391) ; 86 % et 79 %, respectivement, faisaient partie de la population à risque élevé génomiquement définie (suppression 17p, suppression 11q, mutation TP53 et/ou IGHV non muté).1 Les paramètres d'efficacité à long terme ont été évalués par les chercheurs.1

Après un suivi allant jusqu'à six ans (médiane de 65,3 mois, intervalle de 0,3 à 71,6 mois), le traitement prolongé par l'ibrutinib a montré une efficacité soutenue chez les patients atteints de LLC déjà traités, y compris les patients présentant des caractéristiques génomiques à risque élevé, sans nouveaux signes d'innocuité sur une thérapie prolongée.1

Parmi les patients recevant de l'ofatumumumab, 68 % d'entre eux sont passés à l'ibrutinib.1 L'ibrutinib et l'ofatumumumab ont procuré un avantage statistiquement significatif de la DSSP, avec une DSSP médiane de 44,1 mois contre 8,1 mois (rapport de risque [RR] = 0,15 ; intervalle de confiance à 95 % [IC], 0,11-0,20, P˂0.0001), et ce, de façon constante dans les sous-groupes de base.1 La DSSP médiane dans la population à risque élevé définie sur le plan génomique était de 44,1 mois contre 8,0 mois avec l'ibrutinib par rapport à l'ofatumumumab (RR = 0,11 ; IC à 95 %, 0,08-0,15).1

La SG médiane était de 67,7 mois dans le groupe ibrutinib et de 65,1 mois dans le groupe ofatumumab, sans censure ni ajustement pour le passage de l'ofatumumumab à l'ibrutinib (HR = 0,81 ; IC à 95 %, 0,60-1,09).1 L'analyse de sensibilité ajustée pour tenir compte du croisement en fonction de la méthode RPSFT ( rank-preserving structural failure time) a également montré que l'ibrutinib continue d'être bénéfique pour la survie globale comparativement à l'ofatumumumab (HR = 0,24 ; IC à 95 %, 0,11-0,55).1 Le taux de réponse global (TRG) avec l'ibrutinib était de 91 %, dont 11 % ont obtenu une réponse complète (RC/RC avec récupération sanguine incomplète [CRi]).1 La durée médiane du traitement par l'ibrutinib était de 41 mois ; 40 % des patients ont reçu de l'ibrutinib pendant plus de quatre ans.1

Le profil des effets indésirables (EI) de l'ibrutinib est demeuré conforme à celui des études antérieures.1 La prévalence de tout EI de grade 3 ou plus associé à l'ibrutinib a diminué après la première année et est demeurée stable par la suite. Les EI de tous grades et les EI de grade 3 ou plus, respectivement, comprenaient l'hypertension (21 % ; 9 %) et la fibrillation auriculaire (12 % ; 6 %) ; une hémorragie majeure est survenue dans 10 % des cas.1,4 Les causes les plus courantes de l'abandon de l'ibrutinib avant la fin de l'étude étaient la maladie évolutive (37 %) et les EI (16 %).1

EHA: RESONATETM-2, un suivi sur cinq ans de la monothérapie par l'ibrutinib chez les patients atteints de LLC non traitée auparavant (Résumé #S107)2

L'étude RESONATETM-2 (PCYC-1115/1116) a évalué des patients âgés de 65 ans ou plus présentant une LLC non traitée antérieurement, sans suppression 17p, qui ont reçu 420 mg d'ibrutinib une fois par jour par voie orale, de façon continue jusqu'à ce que la maladie évolue ou présente une toxicité inacceptable, ou 0,5-0,8 mg/kg de chlorambucil par voie orale pendant 12 cycles maximum (n = 269).2

Les résultats de ce suivi sur cinq ans ont montré que l'ibrutinib en monothérapie a permis de maintenir les avantages de la survie sans progression et de la SG chez les patients atteints de LLC comparativement au chlorambucil, y compris ceux présentant des caractéristiques génomiques à risque élevé.2 Plus de la moitié des patients suivent toujours un traitement continu à long terme par l'ibrutinib. De plus, aucun nouveau problème d'innocuité n'a été identifié.2

Après un suivi médian de 60 mois (intervalle de 0,1 à 66 mois), les avantages de la DSSP ont été maintenus chez les patients traités par l'ibrutinib (estimation de 70 %) comparativement au chlorambucil (estimation de 12 %) (HR = 0,15 ; IC à 95 %, 0,10-0,22).2 Les améliorations de la SG ont également été maintenues chez les patients traités par l'ibrutinib (estimation de 83 %) comparativement au chlorambucil (estimation de 68 %).2 L'ibérutinib a amélioré la DSSP par rapport au chlorambucil chez les patients avec un IGHV non muté (HR=0,11 ; 95 % IC, 0,06 à 0,19) et chez les patients présentant une suppression 11q (HR=0,03 ; 95 % IC, 0,01 à 0,11).2 De plus, 57 % des patients sont passés du chlorambucil à l'ibrutinib après la progression.2

En tant que composé, les patients présentant un risque génomique élevé (IGHV non muté , suppression 11q, et/ou TP53 muté) ont obtenu de meilleurs résultats avec l'ibrutinib qu'avec le chlorambucil (DSSP : RH = 0,08 ; IC à 95 %, 0,05 à 0,15 ; SG : HR=0,37 ; IC à 95 %, 0,18-0,74).2 Dans le cas de l'ibrutinib, le TRG, y compris la réponse partielle avec lymphocytose, était de 92 % et le taux de RC/CRi a augmenté avec le temps pour atteindre 30 % (de 11 % à l'analyse primaire lors du suivi médian à 18 mois).2

Les EI les plus fréquents de grade 3 ou plus comprenaient la neutropénie (13 %), la pneumonie (12 %), l'hypertension (8 %), l'anémie (7 %), l'hyponatrémie (6 %), la fibrillation auriculaire (5 %) et la cataracte (5 %), la plupart des événements étant moins fréquents.2 Les réductions de dose dues aux EI de grade 3 ou plus ont diminué avec le temps. Les bienfaits du traitement par l'ibrutinib se sont poursuivis chez 58 % des patients qui suivaient toujours le traitement au moment de l'analyse.2

#FIN#

À propos de l'ibrutinib

L'ibritinib est un inhibiteur de la tyrosine kinase de Bruton (BTK), qui agit en formant une forte liaison covalente avec la BTK pour bloquer la transmission des signaux de survie cellulaire dans les cellules B malignes.5 En bloquant cette protéine BTK, l'ibrutinib diminue la survie et la migration des lymphocytes B, retardant ainsi la progression du cancer.6

L'ibritinib est actuellement approuvé en Europe pour :7

  • Leucémie lymphoïde chronique (LLC) : en monothérapie pour le traitement des patients adultes atteints de LLC non traitée auparavant et en monothérapie ou en association avec la bendamustine et le rituximab (BR) pour le traitement des patients adultes atteints de LLC qui ont reçu au moins un traitement antérieur.
  • Lymphome à cellules du manteau (LCM) : patients adultes atteints d'un lymphome à cellules du manteau récidivant ou réfractaire.
  • Macroglobulinémie de Waldenström (MW) : patients adultes qui ont reçu au moins un traitement antérieur ou un traitement de première ligne pour les patients qui ne conviennent pas à la chimio-immunothérapie.

L'ibritinib est approuvé dans plus de 90 pays et, à ce jour, il a été utilisé pour traiter plus de 140 000 patients dans le monde dans ses indications approuvées.

Les effets indésirables les plus fréquents observés avec l'ibrutinib comprennent la diarrhée, la neutropénie, l'hémorragie (p. ex., ecchymoses), la douleur musculo-squelettique, les nausées, les éruptions cutanées et la pyrexie.7

Pour obtenir une liste complète des effets secondaires et des renseignements sur la posologie et l'administration, les contre-indications et les autres précautions à prendre lors de l'utilisation de l'ibrutinib, veuillez consulter le Résumé des caractéristiques du produit.

À propos des sociétés pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson

Chez Janssen, nous créons un avenir dans lequel la maladie appartiendra au passé. Nous sommes les sociétés pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson. Nous travaillons sans relâche pour que cet avenir devienne réalité pour les patients du monde entier, en luttant contre la maladie grâce à la science, en faisant preuve d'ingéniosité pour améliorer l'accès aux traitements, et en combattant le désespoir du fond du cœur. Nous nous concentrons sur les domaines médicaux où nous pouvons avoir un impact majeur, à savoir les troubles cardiovasculaires et le métabolisme, l'immunologie, les maladies infectieuses et les vaccins, la neuroscience, l'oncologie, et l'hypertension pulmonaire.

Pour plus d'informations et rester informé des dernières nouvelles, rendez-vous sur www.janssen.com/emea. Suivez-nous sur www.twitter.com/janssenEMEA. Janssen Research & Development, LLC, Janssen Biotech, Inc. et Janssen-Cilag France font partie du groupe Janssen Pharmaceutical Companies de Johnson & Johnson.

Mises en garde concernant les déclarations prospectives

Ce communiqué de presse contient des "déclarations prospectives" au sens du Private Securities Litigation Reform Act de 1995 concernant IMBRUVICA® (ibrutinib). Le lecteur est mis en garde de ne pas se fier à ces énoncés prospectifs. Ces déclarations sont fondées sur les attentes actuelles à l'égard d'événements futurs. Si les hypothèses sous-jacentes s'avéraient inexactes, connues ou inconnues, les résultats réels pourraient différer sensiblement des attentes et des projections de Janssen Research & Development, LLC, Janssen-Cilag France et des autres sociétés pharmaceutiques Janssen et/ou Johnson & Johnson. Les risques et incertitudes comprennent, sans toutefois s'y limiter : les défis et incertitudes inhérents à la recherche et au développement de produits, y compris l'incertitude du succès clinique et de l'obtention des approbations réglementaires ; l'incertitude du succès commercial ; les difficultés et retards de fabrication ; la concurrence, y compris les progrès technologiques, les nouveaux produits et les brevets obtenus par les concurrents ; les contestations des brevets ; [les préoccupations concernant l'efficacité des produits ou leur sécurité, entraînant le rappel ou la réglementation ; les changements de comportement et les dépenses de santé chez les consommateurs ; les modifications aux lois et règlements applicables, dont la réforme mondiale du système de santé ; la tendance au contrôle des dépenses de santé. Une liste et une description plus détaillées de ces risques, incertitudes et autres facteurs figurent dans le rapport annuel sur formulaire 10-K de Johnson & Johnson pour l'exercice terminé le 30 décembre 2018, y compris dans les sections intitulées "Mise en garde concernant les déclarations prospectives" et "Point 1A. Facteurs de risque" et dans le dernier rapport trimestriel de la société déposé sur formulaire 10-Q, ainsi que dans les documents déposés ultérieurement par la société auprès de la Securities and Exchange Commission. Des copies de ces documents sont disponibles en ligne à l'adresse suivante www.sec.gov, www.jnj.com ou sur demande auprès de Johnson & Johnson. Ni les Compagnies pharmaceutiques Janssen ni Johnson & Johnson ne s'engagent à mettre à jour les énoncés prospectifs à la lumière de nouvelles informations ou d'événements ou développements futurs.

# # #

1 Barr P, Munir T, Brown J, et al. Analyse finale de RESONATETM: suivi de six ans chez les patients (pts) atteints d'une leucémie lymphocytaire chronique ou d'un petit lymphome lymphocytaire (LLC/PLL) déjà traités par l'ibrutinib. Présentation par affiche au 55e congrès annuel de l'American Society of Clinical Oncology, Chicago, IL, États-Unis, 31 mai-4 juin 2019.
2 Tedeschi A, Burger J, Barr PM, et al. Suivi à cinq ans des patients recevant de l'ibrutinib pour le traitement de première intention de la leucémie lymphoïde chronique. Résumé S107. Disponible à l'adresse : https://learningcenter.ehaweb.org/eha/2019/24th/267308/alessandra.tedeschi.five-year.follow-up.of.patients.receiving.ibrutinib.for.html?f=listing=0*browseby=8*sortby=1*search=ibrutinib five year. Dernière consultation en mai 2019.
3 American Cancer Society. What Is Chronic Lymphocytic Leukemia? Disponible sur : https://www.cancer.org/cancer/chronic-lymphocytic-leukemia/about/what-is-cll.html. Dernière consultation en mai 2019.
4 Barr P, Munir T, Brown J, et al. Analyse finale de RESONATETM: suivi de six ans chez les patients (pts) atteints d'une leucémie lymphocytaire chronique ou d'un petit lymphome lymphocytaire (LLC/PLL) déjà traités par l'ibrutinib. Résumé J Clin Oncol 37, 2019 (suppl. résumé 7510) Disponible sur : http://abstracts.asco.org/239/AbstView_239_249511.html. Dernière consultation en mai 2019.
5 O'Brien S, Furman RR, Coutre SE, et al. Ibrutinib comme traitement initial chez les patients âgés atteints de leucémie lymphocytaire chronique ou de petit lymphome lymphocytaire : essai ouvert, multicentrique, phase 1b/2. Lancet Oncol. 2014;15:48-58.
6 European Medicines Agency. Imbruvica (ibrutinib): an overview of Imbruvica and why it is authorised in the EU. Disponible sur : https://www.ema.europa.eu/documents/overview/imbruvica-epar-summary-public_en.pdf. Dernière consultation en mai 2019.
7 Imbruvica Résumé des caractéristiques du produit, mai 2019. Disponible à l'adresse : https://www.ema.europa.eu/documents/product-information/imbruvica-epar-product-information_en.pdf. Dernière consultation en mai 2019.

CP-92509
Juin 2019

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

 



CONTACT:

Demandes des médias :
Noah Reymond
Portable : 31 621 38 5718
E-mail : NReymond@its.jnj.com

Relations avec les investisseurs :
Christopher DelOrefice
Téléphone : 1 732-524-2955

Lesley Fishman
Téléphone : 1 732-524-3922

© 2019 Business Wire - Tous droits réservés

Descripteur MESH : Patients , Leucémie lymphoïde , Chlorambucil , Maladie , Risque , Génomique , Hématologie , Survie , Association , Lymphomes , Cellules , Temps , Santé , Taux de survie , Tyrosine , Sociétés , France , Hypertension artérielle , Dépenses de santé , Recherche , Science , Traduction , Fibrillation auriculaire , Population , Incertitude , Hémorragie , Neutropénie , Chicago , Brevets , Europe , Lymphome à cellules du manteau , Diarrhée , Jurisprudence , Hypertension pulmonaire , Vie , Moyen Orient , Personnes , Lymphocytes , Afrique , Langue , Lymphocytes B , Sécurité , Comportement , Hyponatrémie , Vaccins , Thérapeutique , Immunothérapie , Prévalence , Anémie , Facteurs de risque

nuance

Recherche scientifique: Les +

Un nouveau rapport de l'IFPA révèle le lien entre la maladie psoriasique et la santé mentale

Une IA pour détecter précocement les maladies pancréatiques lors des écho-endoscopies

La DNDi et BenevolentAI collaborent pour accélérer la recherche de médicaments vitaux contre la dengue

La FDA a accordé la désignation de procédure accélérée au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique ou du cancer de jonction gastro-œsophagienne non résécable ou métastatique qui ont rechuté et/ou qui sont réfractaires aux thérapies approuvées

ASICS - STATE OF MIND INDEX : UNE ÉTUDE MONDIALE SOULIGNE L'IMPACT POSITIF DU SPORT SUR LA SANTÉ MENTALE

La Food and Drug Administration des États-Unis a octroyé la désignation de médicament orphelin au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique et de l'adénocarcinome de jonction gastro-œsophagienne

Jubilant Therapeutics Inc. annonce que des inhibiteurs isoformes sélectifs de la PAD4 présentent une sélectivité et une puissance in vitro, une biodisponibilité orale et une activité antitumorale in vivo élevées

Personalis publie de nouvelles données prouvant la capacité d’un algorithme hautement sensible à détecter la perte d’hétérozygotie du gène HLA

La Patient Safety Movement Foundation annonce les dates et la liste des intervenants du 8e Sommet mondial annuel sur la sécurité des patients, la science et la technologie

Traitement de l'APDS : Pharming présente des données positives de l'essai de phase II/III sur le leniolisib